Bringing fast, affordable broadband to Ghana with Project Link

Thursday, October 1, 2015 | 6:00 PM

Labels: , , ,

When it comes to Internet access, a basic connection is useful— but it’s abundant, affordable broadband that can transform communities and help people make the most of opportunities online. Take the Research and Education Network of Uganda (RENU), which provides infrastructure to connect universities across the country. Using capacity provided by Google’s Project Link, RENU has been able to make its network faster, more reliable, and better equipped to enable the easy exchange of ideas, remote research, and academic collaboration.

Since we first announced Project Link in Uganda, our work with partners like RENU has shown us what's possible, and we want to see more. That’s why today, we are expanding Project Link to Ghana, our first country in West Africa, so that we can work with local Internet service providers (ISPs) and mobile network operators (MNOs) to bring fast, reliable broadband to more people across the continent.

A map of the metro fiber network that we plan to build throughout Accra.

While undersea cables reach the coasts, the challenge remains to bring abundant bandwidth closer to Internet users in Ghana’s largest cities—Project Link aims to fill this gap in local infrastructure. Across Accra, Tema, and Kumasi, Project Link will build more than 1,200 kilometers of fiber to connect local ISPs and MNOs to metro-area fiber networks. By giving them more speed and capacity to work with, providers can meet the growing bandwidth demands of Ghana’s mobile phone users, schools, and businesses.

Entrepreneurs at Ghana’s Meltwater Entrepreneurial School of Technology (MEST). MEST provides resources for aspiring technology entrepreneurs.

Since we launched Project Link in Kampala, we’ve built over 700 kilometers of fiber across the city. Now, we are working with a dozen local ISPs and MNOs, such as Vodafone Uganda and One Solutions, to improve the quality of Internet access in Uganda’s capital. Providers have been able to expand new services, such as 4G, and deliver speeds that can support the best of the Web. Local startups like Fezah and Laboremus are taking advantage of these new offerings so that they can use the latest technologies to scale.

In Ghana, we’ll be building in multiple cities at once for the first time, with plans to grow the network to nearly twice the size of our first network in Kampala. We’ve already started construction in Accra, with Kumasi to follow soon, and we plan to start service in early 2016. There’s a lot of work ahead, but we look forward to working with local providers to ensure that Ghana’s local infrastructure can help its people and businesses participate fully on the Web and be inspired by what they can do online.

Posted by Estelle Akofio-Sowah, Google Ghana Country Manager


Un accès à Internet rapide et abordable pour les ghanéens avec Project Link

Pour accéder à Internet, il suffit d’une connexion basique. Mais pour vraiment transformer des communautés et tirer parti des opportunités qui s’offrent en ligne, il faut disposer d’une large bande passante à un prix abordable. Prenez le cas du Réseau d’éducation et de recherche de l’Ouganda, le RENU (Research and Education Network of Uganda), qui fournit l’infrastructure pour connecter toutes les universités du pays. Le RENU a réussi à améliorer son impact en utilisant la capacité apportée par l’initiative Project Link de Google. Aujourd’hui, son réseau est plus rapide, plus fiable et mieux équipé pour faciliter l’échange d’idées, les recherches à distance et la collaboration universitaire.

Depuis que nous avons lancé Project Link en Ouganda, notre travail avec des partenaires comme RENU a montré ce qu’il était possible de faire et ce que nous avons envie de développer. C’est la raison pour laquelle nous lançons aujourd’hui l’initiative Project Link au Ghana, notre premier pays en Afrique de l’Ouest. Nous travaillerons avec les fournisseurs de services Internet (ISP) et les opérateurs de réseaux mobiles (MNO) locaux pour apporter une bande passante fiable et rapide à de plus en plus de monde à travers le continent.

De même, si les câbles sous-marins permettent d’atteindre les côtes, il faut encore trouver le moyen d’acheminer une bande passante suffisante jusqu’aux internautes des grandes villes du Ghana. L’initiative Project Link est là pour combler ce manque d’infrastructure locale : Project Link va installer à travers Accra, Tema et Kumasi, plus de mille deux cents kilomètres de fibres pour raccorder les ISP et les MNO locaux aux réseaux de fibres de la zone urbaine. Avec plus de débit et de capacité, les fournisseurs vont pouvoir répondre à la demande grandissante en bande passante des utilisateurs de téléphones mobiles, des écoles et des entreprises du Ghana.

Depuis le lancement de Project Link à Kampala, nous avons installé plus de 700 kilomètres de fibres et travaillons aujourd’hui avec une dizaine de ISP et de MNO locaux, dont Vodafone Uganda et One Solutions, dans le but d’améliorer la qualité de l’accès à Internet à travers la ville. Les fournisseurs ont ainsi pu élargir leur offre avec de nouveaux services tels que la 4G et assurent désormais des débits suffisants pour donner accès au meilleur du Web. Des start-ups locales telles que Fezah et Laboremus se sont emparées de ces nouvelles offres pour se développer efficacement grâce aux toutes dernières technologies.

Au Ghana, nous allons pour la première fois déployer l’initiative dans plusieurs villes en même temps. Nous prévoyons de presque doubler la taille de notre premier réseau installé à Kampala. Nous avons déjà entamé la construction à Accra, Kumasi suivra bientôt, et nous planifions la mise en service pour début 2016. Il reste encore beaucoup à faire, mais nous sommes impatients de commencer à travailler avec les fournisseurs locaux pour apporter à la population et aux entreprises du Ghana l’infrastructure locale nécessaire pour pleinement exploiter le potentiel du Web.

Publié par Estelle Akofio-Sowah, Responsable Pays Google Ghana

Walk alongside the elephants of the Samburu National Reserve in Street View

Tuesday, September 15, 2015 | 2:09 PM

Today for the first time, we’re releasing Street View imagery of Kenya—including the Samburu National Reserve, Lewa Wildlife Conservancy and the David Sheldrick Wildlife Trust—in partnership with Save the Elephants and with the support of the Samburu County Government. We'll let Save the Elephants' David Daballen take it from here. -Ed.

It’s a wild life at the Save the Elephants research camp in Samburu, in the heart of northern Kenya’s wilderness. For the last 15 years at Save the Elephants, I’ve spent my days among the elephants, working alongside my fellow Samburu people to study and protect them. Research shows that 100,000 elephants across Africa were killed for their ivory between 2010-2012, but thanks to our work in the Samburu National Reserve their numbers are now slowly increasing. Today, a visit to Samburu is a chance not only to see these magnificent creatures in their natural habitat, but also discover a uniquely beautiful landscape where people’s lives are interwoven with the landscape’s wildlife. It’s my honour to invite you on a journey to my homeland with Street View in Google Maps.

Every time I drive into the Reserve, I can see the trust on the elephants’ faces and feel a warm welcome. When I’m out and about, I never know which of my fellow citizens I’ll bump into next. It could be some of the 600+ elephants I can recognize—like the Hardwood family—frolicking together, a group of Samburu warriors walking along the Ewaso Nyiro River, a pride of lions enjoying a bit of shade, or a leopard crossing the path. While you make your journey through Street View, you may be surprised what awaits.

South of Samburu, up into the hills of Kenya, the Lewa Wildlife Conservancy awaits exploration. In this greener landscape, you can cross the open savannah, where animals like zebras and rhinoceroses live protected from poachers and hunters. Every day, the Lewa radio command center plots the movements of elephants (and other GPS-collared wildlife) onto Google Earth to help rangers determine where elephants are and when they might be in danger. If an elephant’s GPS collar sends an alert to indicate the elephant has stopped moving, a team of rangers and tracking dogs will investigate. Save the Elephants was one of the first organizations to use this technology, having collared 266 elephants across Africa since 1998.

Visiting the David Sheldrick Wildlife Trust, you can see the devastating effect of poaching and other causes of elephant deaths in Kenya. Founded in 1977, the Trust provides lifesaving assistance to wild animals in need, including orphaned elephants and rhinos. At their Elephant Orphanage in Nairobi, elephant caretakers stand in for an elephant’s lost family, providing 24/7 care and specially formulated milk. As the orphans grow, they are gradually reintegrated back into the wild, where they are protected by the charity’s Anti-Poaching and Aerial Surveillance Teams. To date, the David Sheldrick Wildlife Trust has hand-raised more than 180 orphaned infant elephants, including little Sokotei, who I helped to rescue in Samburu after his mother died of natural causes when he was six months old. He’s just one elephant amid thousands that have been lost across the continent, but when you're up against a challenge of this scale, every elephant counts.


I hope this glimpse into life in Samburu has inspired you to learn more about elephants’ plight and how you can help. Samburu is my home and is full of life. To ensure it remains that way, please consider supporting the research of Save the Elephants, making a donation to the anti-poaching efforts of Lewa Wildlife Conservancy, or fostering an orphaned elephant at the David Sheldrick Wildlife Trust. After exploring in Street View, come and see us here in Kenya in person—we’d love to have you!

Posted by David Daballen, Head of Field Operations at Save the Elephants


Promenez-vous avec les éléphants de la Réserve nationale de Samburu avec Street View

Aujourd'hui et pour la première fois, nous publions des images du Kenya avec Street View, notamment de la Réserve nationale de Samburu, du Lewa Wildlife Conservancy et du David Sheldrick Wildlife Trust, en partenariat avec l'association Save the Elephants et avec le soutien du Samburu County Government. Passons maintenant la parole à David Daballen de l'association Save the Elephants. -Ed.

Le the Save the Elephants research campà Samburu est situé au beau milieu de la faune sauvage, au cœur de la nature vierge du nord du Kenya. J’ai passé ces 15 dernières années aux côtés de l'association Save the Elephants, à étudier et protéger les éléphants avec mes collègues de Samburu. Nos recherches ont montré qu'entre 2010 et 2012, 100 000 éléphants ont été tués pour leur ivoire à travers toute l'Afrique. Grâce au travail que nous avons réalisé à la Samburu National Reserve, ces chiffres commencent à lentement diminuer. Aujourd'hui, visiter Samburu vous donnera l'occasion non seulement d'observer ces magnifiques créatures dans leur habitat naturel, mais aussi de découvrir des paysages d'une beauté extraordinaire où la vie des communautés est étroitement liée à celle de à la faune sauvage. C’est pour moi un honneur de vous inviter à visiter mon pays avec Street View in Google Maps.

Chaque fois que je fais un tour dans la Réserve, je peux lire dans les yeux des éléphants qu’ils se sentent en confiance et que je suis le bienvenu. Quand je me promène, je ne sais jamais qui je vais rencontrer ce jour-là : ce peut être l'un des quelque 600 éléphants que je suis capable de reconnaître, comme la the Hardwood family, en train de s'ébattre joyeusement, ou bien un groupe de guerriers Samburu marchant le long de la rivière Ewaso Nyiro, une horde de lions profitant de l'ombre, ou encore un léopard traversant la piste. Lorsque vous parcourrez les images sur Street View, attendez-vous à être surpris par ce que vous y découvrirez.

Au sud de Samburu, en haut des collines du Kenya, le Lewa Wildlife Conservancyne demande qu'à être exploré. Dans ces paysages verts, vous traverserez de grandes étendues de savane où des animaux comme les zèbres et les rhinocéros vivent protégés des braconniers et chasseurs. Chaque jour, le Centre de commande de radio Lewa suit les mouvements des éléphants (et d'autres animaux sauvages dotés d'un collier GPS) sur Google Earth pour permettre aux rangers de déterminer où se trouvent les éléphants et où ils pourraient potentiellement être en danger. Si le collier GPS d'un éléphant envoie une alerte pour signaler que l'éléphant a cessé de bouger, une équipe de rangers et de chiens de pistages chercheront à savoir pourquoi. L'association Save the Elephants a été l'une des premières organisations à utiliser cette technologie : 266 éléphants ont été équipés d'un collier en Afrique depuis 1998

En visitant le David Sheldrick Wildlife Trust, vous pourrez constater les effets dévastateurs du braconnage ainsi que les autres causes de décès des éléphants au Kenya. Créé en 1977, ce Trust offre une assistance aux animaux sauvages en détresse ou en danger de mort, y compris les petits éléphantaux et rhinocéros orphelins. À l’orphelinat des éléphants de Nairobi, les gardiens d'éléphants se relaient auprès d'éléphanteaux ayant perdu leur famille en leur apportant des soins 24h sur 24 et 7 jours sur 7 ainsi que du lait spécialement formulé. À mesure que les petits orphelins grandissent, ils sont réintégrés petit à petit à leur environnement naturel où ils bénéficient ensuite de la protection des équipes anti-braconnage et de la surveillance aérienne de l'association caritative. À ce jour, le David Sheldrick Wildlife Trust a élevé au biberon plus de 180 éléphanteaux orphelins, y compris le petit Sokotei, que j'ai aidé à sauver à Samburu, après que sa mère soit morte de causes naturelles alors qu'il n'avait que six mois. Il s'agit juste d'un éléphant parmi des milliers d'autres disséminés sur l'ensemble du continent, mais quand vous avez pris le parti de relever un défi de cette taille, chaque éléphant compte.

J'espère que ce petit aperçu de la vie à Samburu vous aura donné l'envie d'en savoir plus sur les éléphants en détresse et de quelle manière vous pouvez les aider. Samburu, c'est chez moi, et c'est un lieu plein de vie. Pour garantir que les choses resteront telles qu'elles sont, n'hésitez pas à soutenir les recherches réalisées par l'association Save the Elephants en faisant un don pour renforcer les campagnes contre le braconnage de la Lewa Wildlife Conservancy, ou en parrainant l'un des éléphanteaux orphelins du David Sheldrick Wildlife Trust. Après avoir exploré les lieux avec Street View, venez nous voir en vrai au Kenya : nous serions ravis de vous accueillir !

Publié par David Daballen, Directeur des opérations de terrain à l'association Save the Elephants

Sawubona! Google for Nonprofits launches in South Africa, Kenya and Botswana.

Wednesday, September 2, 2015 | 8:50 AM

For most nonprofit organizations (NGOs) around the world, the web is a vital platform for improving visibility, raising awareness, and connecting with their stakeholders, donors and volunteers. Often, one of the big decisions relates to the need to spend to acquire technology when there are so many competing demands for funding and resources.

Take, for example, South Africa. A 2009 report noted that most NGOs in South Africa are under-resourced. Their access to internet and technology tools is limited - mostly due to lack of funding. Also, lack of understanding of how to use web technologies means that they often end up paying huge amounts of money for proprietary software, which they may not use or even need. Many non profit organizations find it hard to incorporate the web into their day-to-day work and operations.

So we’re excited to announce our collaboration with TechSoup Global to bring Google for Nonprofits (G4NP) to South Africa! From today, South African NPOs that are registered with the Department of Social Development can now apply to join the programme, which provides access to a suite of free products and tools, including:

  • Google Ad Grants: Free AdWords advertising (up to USD $10,000 per month) to promote their websites on Google through keyword targeting.
  • Google Apps for Nonprofits: Free version of the Google Apps business productivity suite (Gmail, Docs, Forms, Calendar and more), so they can run their email and important documents in the cloud and work collaboratively on documents while dramatically reducing IT costs.
  • YouTube for Nonprofits: With premium branding capabilities on YouTube channels, and increased uploading capacity.
We know that many nonprofits require hands-on help to optimize the use of the web and Google tools. So earlier this year, we launched the Google Academy for NGOs in South Africa, where we hosted a series of workshops in South Africa, training nonprofits on how to harness the power of the web to work smarter and better. We met with more than 130 NGOs from Gauteng, Eastern Cape, KwaZulu-Natal and the Western Cape, working on a range of issues such as youth empowerment, breast cancer awareness, gender equality, democracy and good governance .

NGOs in South Africa are already leveraging Google's tools for nonprofits with amazing results. The Smile Foundation, which helps fundraise for reconstructive surgery for children with cleft and lip palate, used G4NP tools to grow referrals to their website, increase online donations, and promote their organi
zation to brands and companies for fundraising partnerships.

We’re inspired and humbled by stories showing how nonprofits can make positive changes around the world using our tools. If you work for a nonprofit, apply today to see how we can help your organi
zation grow and make even more impact.

You have a choice of three languages to use when signing up: English, isiZulu and Afrikaans.

As well as South Africa, the Google for Nonprofits programme is also available in Kenya and Botswana.

Posted by Fortune Mgwili-Sibanda, Manager: Public Policy and Government Relations (South Africa)


Sawubona ! Lancement du programme Google pour les associations en Afrique du Sud, au Kenya et au Botswana

Pour la majorité des associations à but non lucratif à travers le monde, Internet constitue une plateforme indispensable pour accroître leur visibilité, sensibiliser le public et communiquer avec leurs partenaires, les donateurs et les bénévoles. Le plus souvent, les décisions importantes sont liées à la nécessité d’engager des dépenses pour acquérir des outils technologiques alors que les associations font face à des demandes de financement et de ressources multiples et variées.

Prenons l’exemple de l’Afrique du Sud. Un rapport publié en 2009 montrait que la plupart des ONG sud-africaines disposaient de ressources insuffisantes. Ces dernières n’ont qu’un accès limité à Internet et aux outils technologiques - qui s’explique en grande partie par le manque de moyens. De plus, le manque de connaissances dans l’utilisation des technologies Internet se traduit souvent par le fait qu’elles consacrent des sommes élevées à l’achat de logiciels propriétaires dont elles n’ont parfois même pas l’utilité. De nombreuses associations à but non lucratif ont des difficultés à intégrer Internet dans les tâches et les opérations au quotidien.

Nous sommes donc très heureux d’annoncer notre collaboration avec TechSoup Global afin de mettre en place Google pour les associations (G4NP) en Afrique du Sud ! À partir d’aujourd’hui, les ONG sud-africaines qui sont enregistrées auprès du Department of Social Development peuvent déposer une demande afin de participer à ce programme qui va leur permettre d’accéder à une gamme de produits et d’outils gratuits, notamment :
  • Google Ad Grants : Des annonces AdWords gratuites (dans la limite de 10 000 $ par mois) pour promouvoir leurs sites Web sur Google en utilisant le ciblage par mots clés.
  • Google Apps pour les associations : La version gratuite de la suite Business Productivity Google Apps (Gmail, Docs, Forms, Calendar and more), qui permet de gérer le courrier électronique et les documents importants dans le cloud et de travailler sur des documents et ainsi de réduire considérablement les coûts des TI.
  • YouTube pour les associations : Cet outil offre des possibilités de branding sur les canaux YouTube et une capacité de téléchargement accrue.
Nous savons que de nombreuses associations ont besoin d’une assistance pratique pour optimiser l’utilisation du web et des outils Google. C’est la raison pour laquelle nous avons lancé cette année en Afrique du Sud la Google Academy for NGOs ce qui a permis d’organiser plusieurs ateliers dans ce pays et de former les associations afin qu’elle puisse exploiter la puissance d’Internet pour travailler plus intelligemment et plus efficacement. Nous avons rencontré les ONG dans le Gauteng, la province du Cap-Oriental, le KwaZulu-Natal et la province du Cap-Occidental.

Les ONG basées en Afrique du Sud utilisent déjà les outils Google pour les associations et les résultats sont exceptionnels. La Smile Foundation, qui collecte des fonds afin de financer des opérations de chirurgie reconstructive pour des enfants atteints de fente labiale ou palatine, a utilisé les outils Google pour les associations pour intensifier le trafic vers son site Internet, augmenter les dons en ligne et promouvoir sa association auprès de marques et d’entreprises en vue de conclure des partenariats de financement.

Les témoignages montrant comment les associations à but non lucratif peuvent changer le monde grâce à nos outils sont une source d’inspiration et nous donne un sentiment de grande humilité. Si vous travaillez pour une association à but non lucratif, inscrivez-vous dès aujourd’hui pour voir comment nous pouvons vous aider à développer votre association en renforçant son impact.

Lors de l’inscription, trois langues vous sont proposées : l’anglais, l’isZulu et l’afrikaans.

En dehors de l’Afrique du Sud, le programme Google pour les associations est également disponible au Kenya et au Botswana.

Publié par Fortune Mgwili-Sibanda, Responsable : Relations gouvernementales et affaires publiques (Afrique du Sud)

Google’s look, evolved

Tuesday, September 1, 2015 | 8:35 PM

Google has changed a lot over the past 17 years—from the range of our products to the evolution of their look and feel. And today we’re changing things up once again:

So why are we doing this now? Once upon a time, Google was one destination that you reached from one device: a desktop PC. These days, people interact with Google products across many different platforms, apps and devices—sometimes all in a single day. You expect Google to help you whenever and wherever you need it, whether it’s on your mobile phone, TV, watch, the dashboard in your car, and yes, even a desktop!

Today we’re introducing a new logo and identity family that reflects this reality and shows you when the Google magic is working for you, even on the tiniest screens. As you’ll see, we’ve taken the Google logo and branding, which were originally built for a single desktop browser page, and updated them for a world of seamless computing across an endless number of devices and different kinds of inputs (such as tap, type and talk).

It doesn’t simply tell you that you’re using Google, but also shows you how Google is working for you. For example, new elements like a colorful Google mic help you identify and interact with Google whether you’re talking, tapping or typing. Meanwhile, we’re bidding adieu to the little blue “g” icon and replacing it with a four-color “G” that matches the logo.

This isn’t the first time we’ve changed our look and it probably won’t be the last, but we think today’s update is a great reflection of all the ways Google works for you across Search, Maps, Gmail, Chrome and many others. We think we’ve taken the best of Google (simple, uncluttered, colorful, friendly), and recast it not just for the Google of today, but for the Google of the future.

You’ll see the new design roll out across our products soon. Hope you enjoy it!

Posted by Tamar Yehoshua, VP, Product Management & Bobby Nath, Director of User Experience


Google change de look

Google a beaucoup changé ces 17 dernières, nos services se sont enrichis et ont connu de nombreuses évolutions. Et ce n'est pas fini : l'heure du changement a de nouveau sonné.

Qu’est ce qui motive ce changement ? Il fut un temps où Google n’était qu’un site auquel on accédait depuis un ordinateur. Aujourd’hui, il existe une multitude de chemins qui mènent aux services Google, en passant par différents types de plates-formes et d’appareils. Nous nous sommes habitués à ce que Google apporte ses réponses où et quand nous l’interrogeons, que ce soit depuis un téléphone, une télé, une montre, sans oublier bien sûr depuis notre bon vieil ordinateur.

Aujourd’hui, nous présentons une nouvelle identité visuelle qui reflète cette réalité et vous permet de savoir quand vous utilisez les produits Google, même sur les écrans les plus petits. Le logo et la marque Google, conçus à l’origine pour une seule page Web sur ordinateur, peuvent désormais prendre vie sur toute sorte d’ appareils, que vous ayez interrogé Google sur votre clavier, à la voix, ou du bout des doigts.

Grâce à cette nouvelle identité visuelle vous savez non seulement que vous utilisez Google, et comment Google peut vous aider. Un micro Google coloré vous invitera par exemple à poser vos questions à voix haute. Nous faisons aussi nos adieux au célèbre “g” bleu de l’appli Google pour le remplacer par un symbole assorti au logo.

Ce n’est pas la première fois que nous changeons de look, et ce ne sera probablement pas la dernière. Nous pensons que le changement d’aujourd’hui reflète toutes les possibilités qui s’offrent à vous avec le moteur de recherche Google, Maps, Gmail, Chrome, et toutes nos autres applications. Nous avons pris tout ce que Google a de mieux (sa simplicité, sa clarté, ses couleurs, sa convivialité) et nous l’avons repensé avec un double objectif : l’adapter au monde d’aujourd’hui, et préparer le Google de demain.

Le nouveau design fera bientôt son apparition sur nos produits. Nous espérons que vous l’aimerez autant que nous.

Publié par Tamar Yehoshua, VP, Product Management, et Bobby Nath, Director of User Experience

Nairobi Transit directions now available on Google Maps

Wednesday, August 26, 2015 | 12:15 PM

From today, every Nairobi resident and guests of the city can plan their route with Google Maps when using public transport. Working in collaboration with Digital Matatus, we have made bus & matatus (minibuses/ minivans used as public transport) routes information available to the public, for free, on

This new Transit feature on Google Maps will make it quick and easy for anyone within Nairobi to find the best route for wherever they're going, whether that's to the local park, or across Nairobi from Komarock to Kawangare.

This initiative is part of our mission to make Google Maps more comprehensive, more accurate and useful for millions of people around the world who use buses and matatus to reach the next destination. As a result of this close cooperation with Digital Matatus, Nairobi now joins the over 2800 towns and cities having this very useful and convenient feature, including Lagos, Johannesburg, Tokyo and Sydney. 

The Transit feature on Google Maps is free, and can be accessed either via the web browser, as well as the Google Maps app on both the Android and iOS platforms. To plan a journey simply click on the ‘Get Directions’ button in Google Maps, then click the ‘public transport’ icon before entering your place of departure and destination. We’ll calculate the quickest way for you to get from A to B and suggest the transport that most conveniently suits your time of travel.

Evans Arabu, Program Manager


Les itinéraires Nairobi Transit désormais disponibles sur Google Maps

À partir d’aujourd’hui, grâce à Google Maps, les habitants de Nairobi et les personnes de passage dans la capitale pourront planifier leurs itinéraires en transport en commun. En collaboration avec Digital Matatus, les informations concernant les itinéraires des bus et des matabus (minibus/ minivans utilisés pour les transports en commun) sont désormais accessibles gratuitement sur

Cette nouvelle fonctionnalité proposée sur Google Maps permettra à toute personne résidant à Nairobi de trouver rapidement et facilement le meilleur itinéraire, que ce soit pour se rendre dans le parc le plus proche ou pour traverser l’agglomération de Komarock à Kawangare.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de notre mission visant à faire de Google Maps un outil plus complet, plus précis et plus utile pour des millions d’usagers à travers le monde qui empruntent les bus et les matatus pour se déplacer. Résultat de la coopération étroite entre Digital Matatus et Google, Nairobi a rejoint les quelque 2 800 villes qui bénéficient déjà de cette fonctionnalité utile et pratique, notamment Lagos, Johannesburg, Tokyo et Sydney.

Google Transit est une fonctionnalité gratuite pour tous, disponible sur Google Maps à partir de votre navigateur web, ainsi que sur Google Maps pour mobile sur plateformes Android et iOS. Pour planifier un itinéraire, il suffit de cliquer sur le bouton « Itinéraire » dans Google Maps, puis de cliquer sur l’icône « Transport public » avant d’entrer votre lieu de départ et de destination. Le logiciel calcule l’itinéraire le plus rapide pour vous rendre du point A au point B et propose le moyen de transport le mieux adapté à votre temps de parcours.

Evans Arabu, Directeur du programme

Welcoming Android One to Africa

Tuesday, August 18, 2015 | 1:04 PM

The Internet is exploding in Africa, with access largely coming from mobile devices. According to a recent Internet Society study, 23% of mobile phones will be able to connect to the Internet in Africa by the end of this year.

The Android One program hopes to contribute to that growth by launching today in Egypt, Ghana, Ivory Coast, Kenya, Morocco and Nigeria in collaboration with hardware manufacturer Infinix.

Infinix’s first Android One smartphone, the HOT 2, is now available in Nigeria at select retail outlets and via online retailer Jumia at a recommended retail price of N17,500 (~$87)*. It’s also available to purchase online from Jumia in Egypt, Ghana, Ivory Coast, Kenya, and Morocco.

The Infinix HOT 2 phone offers a high-quality experience, with a fast quad-core MediaTek processor, dual SIM slots, front and rear-facing cameras, a FM radio tuner, and 16GB internal memory for all your favorite movies and music. The standard version, with 1GB memory, is available in black, white, blue and red, and the premium version (with 2GB memory) is available in gold.

Of course, the Infinix HOT 2 also comes with all of the benefits of an Android One phone. First, it runs the latest version of pure Android (Lollipop 5.1), which provides up to 2x better performance and extended battery features. Second, it automatically gets upgraded to the next version of Android (according to Infinix’s schedule), so your phone stays fast and responsive over time.

And because we also understand that high-speed, affordable data can be a big challenge in some of these countries, we will be releasing a new offline feature within the YouTube app later this year. This feature will make it possible for people to take videos offline to watch later during short periods of low or no internet connectivity. For videos where this feature is available, people can choose to add the video for offline viewing by tapping on the offline icon that sits under the video frame. Once taken offline, videos can be played back without an Internet connection for up to 48 hours, so you can enjoy YouTube videos without worrying about slow connections.

Nearly one year ago, Google introduced the Android One program in India. Today, six African countries — with combined populations of 379 million people — join the ten countries where partners have already released Android One phones. We’ve been thrilled and humbled by both the progress and the work that’s left to do. But we look forward to continuing our work with partners on Android One and in the Android ecosystem more broadly to ensure that users have great phones with the latest Android innovation.

Posted by Caesar Sengupta, VP, Product Management

* The pricing may differ from seller to seller in offline retail stores


Les premiers pas du programme Android One en Afrique

L’utilisation d’Internet explose en Afrique, principalement à partir des périphériques mobiles. Selon une récente étude d'Internet Society, 23 % des téléphones portables auront accès à Internet en Afrique d’ici la fin de l’année.

Le programme Android One espère contribuer à cette croissance grâce à son lancement aujourd’hui en Égypte, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Kenya, au Maroc et au Nigeria en collaboration avec le fabricant de matériel Infinix.

Premier smartphone Android One d’Infinix, le HOT 2 est maintenant disponible au Nigeria dans certains points de vente et sur le site en ligne de Jumia, au prix recommandé de 17 500 N*. Il est également proposé à la vente sur le site Web de Jumia en Égypte, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Kenya et au Maroc.

Équipé d'un processeur Media Tek rapide à quatre cœurs, de deux emplacements SIM, de caméras avant et arrière, d'un tuner radio FM et de 16 Go de mémoire, le HOT 2 d'Infinix est un modèle haut de gamme, avec tout le nécessaire pour visionner des films et écouter de la musique. La version standard, dotée de 1 Go de mémoire, est disponible en noir, blanc, bleu et rouge, tandis que la version premium, avec 2 Go de mémoire, existe en couleur or.

Bien sûr, le HOT 2 d'Infinix offre tous les avantages d'un téléphone Android One. Tout d'abord, il embarque la dernière version d'Android (Lollipop 5.1), deux fois plus performante que la version précédente et aux fonctionnalités de batterie étendues. Ensuite, l'installation de la prochaine version d'Android s'effectuera automatiquement (selon le calendrier d'Infinix). Votre téléphone restera donc aussi rapide et réactif qu'à ses débuts.

Comme un accès abordable et à haut débit est un enjeu essentiel dans certains de ces pays, nous proposerons une nouvelle fonctionnalité hors connexion dans l'application YouTube cette année. Cette fonctionnalité permettra de stocker des vidéos et de les regarder lorsque le débit de la connexion Internet est faible ou inexistant. Là où cette fonctionnalité sera disponible, il suffira de configurer la vidéo pour un visionnage hors connexion en appuyant sur l'icône ad hoc située sous l'image vidéo. Les vidéos seront ensuite visionnables sans connexion Internet pendant une durée maximale de 48 heures, et vous pourrez profiter des vidéos YouTube sans craindre une chute de débit.

Il y a presque un an, Google a lancé le programme Android One en Inde. Aujourd'hui, six pays africains – soit 379 millions d'habitants – rejoignent dix pays où des partenaires ont déjà commercialisé des téléphones Android One. Nous sommes très heureux des progrès réalisés, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous souhaitons poursuivre notre tâche avec nos partenaires sur le programme Android One et plus globalement dans l'écosystème Android, pour fournir aux utilisateurs des téléphones performants dotés des dernières innovations Android.

Publié par Caesar Sengupta, vice-président en charge de la gestion des produits

* Le prix peut varier selon l'enseigne, dans les points de vente physiques.

YouTube launches in Tanzania and Zimbabwe!

Tuesday, June 23, 2015 | 12:12 PM

We are excited to announce that YouTube monetization is now launched in Tanzania and Zimbabwe respectively. With the advent of and, creators in those countries can now earn some money while broadcasting locally relevant content to the world.

This content spans a wide range from “Bongo” movies to the occasional creator sharing about favorite spots in Zanzibar and local lifestyle events, as well as displays of local talent from random street performers, to professionally produced characters like Angry Mwana, music by popular “Zim” artists and lifestyle content professionals and so on.

This launch also adapts YouTube to local taste and shows the most relevant videos, even before searching.

                               Swahiliwood                                Millard Ayo

                              Angry Mwana                             Artists at HIFA

Given the creativity displayed by creators in previously launched countries such as Ghana, Kenya, Nigeria, Senegal, Uganda and South Africa, we look forward to the expected growth and to showcasing “Bongo” and “Zim” talent more broadly.

To get started,

Make sure to review the Community guidelines and Terms Of Service. For additional information on the YouTube Partner Program, see the FAQs.

Don’t forget that there is also a Swahili version of YouTube that is easily accessible by scrolling to the bottom of the YouTube homepage, clicking “language” and choosing Kiswahili.

Looking forward to having the next global superstar à la YouTube come from Africa!

‘Teju Ajani, YouTube Content Partnerships, Sub - Saharan Africa


Youtube arrive en Tanzanie et au Zimbabwe !
Nous sommes heureux de vous annoncer que la monétisation sur Youtube est désormais possible en Tanzanie et au Zimbabwe. Avec l'arrivée de et de, les créateurs de contenus dans ces pays peuvent désormais être rémunérés en diffusant du contenu localement pertinent dans le monde entier.

Le contenu peut être très varié : du “Bongo” movie à la vidéo amateur destinée à partager un lieu qu'on aime à Zanzibar, en passant par un événement local, la performance d'un artiste de rue, des personnages de films d'animation professionnels tels que Angry Mwana, ou encore de la musique d'artistes populaires du Zimbabwe, du contenu professionnel sur les modes de vie, etc.

YouTube est ainsi adapté aux goûts locaux, proposant les vidéos les plus pertinentes avant même qu'une recherche ne soit lancée.

Étant donnée la créativité affichée par les créateurs dans les précédents lancements au Ghana, au Kenya, au Nigeria, au Sénégal, en Ouganda et en Afrique du Sud, nous sommes impatients de voir s'élargir l'offre de contenu et de présenter à un plus large public les talents de la Tanzanie et du Zimbabwe.

Pour commencer,
Activez votre compte Youtube pour participer au programme partenaire.
Indiquez au moins une vidéo éligible pour la monétisation
Rendez-vous sur YouTube creator academy pour plus d'astuces pour savoir comment paramétrer et lancer une chaîne à succès.
Pensez à consulter le guide de la communauté et les conditions de service.
Pour plus d'informations sur le programme partenaire, voir les FAQ.

N'oubliez pas qu'il existe aussi une version de Youtube en Swahili. Pour y accéder, il suffit de faire défiler l'écran jusqu'en bas de la page d'accueil de Youtube, de cliquer sur "langue" et de sélectionner Kiswahili.

Je suis impatient de voir la future superstar mondiale YouTube d’Afrique !"

Teju Ajani, Contrat de partenariat Youtube, Afrique Subsaharienne.