A Hackathon in Uganda

Tuesday, September 7, 2010 | 11:04 AM

En Français

The excitement was palpable. Over two days, more than 650 eager Ugandan computer science students, professional software developers and IT entrepreneurs crammed the conference room at the Speke Resort along the shimmering shores of Lake Victoria, just north of the capital Kampala. They came to participate in the G-Uganda developer days. After listening to Google executives and engineers explain Google products, we challenged them to spend an afternoon creating their own application.

Google’s Nelson Mattos, Vice President of Product Management and Engineering for Europe, 
Middle East and Africa speaks about Google software applications and tools, at G-Uganda


G-Uganda was our first developer event of this scale in Uganda and it really highlighted the country’s potential. While less than 10 percent of the country’s population enjoys Internet access, this figure grew by 20 percent in 2009 and is expected to grow at double the rate this year. Most importantly, like in the rest of Africa, mobile interactivity is racing ahead of fixed line or PC connectivity: Uganda, with a population of a little more than 32 million, already supports more than nine million mobile subscribers.

We’re working hard to make our products relevant to Ugandans. Over the past two years, we’ve launched a series of SMS products, including health and agricultural tips. These allow Ugandans to “ask” a question and receive an answer over their mobile phone. We’ve also launched Google Trader, a service allowing traders to exchange information via their mobiles. Another priority is localizing the web: we’ve inaugurated search in five Ugandan languages, recently adding Luo and Runyakitara.

A software developer makes an inquiry during a break-out session at the G-Uganda conference which took place at the Speke Resort, Munyonyo. The conference, that brought together over 600 software developers, entrepreneurs and Computer Science students, was aimed at demonstrating Google's suite of products that are driving innovation in technology and business across the globe, and in Africa.


The hundreds of assembled Ugandan developers showed remarkable enthusiasm. In three hours after being challenged to write creative code in Python to run on Google App Engine, the finalists at our G-Uganda hackathon stood center stage, demonstrating their creations. Many of the ideas used not just App Engine, but also integrated with Google Maps, Translate and Calendar. Daniel Okalang did a demo of a guest book, with authentication and a privacy filter; Samuel Mugisha created a guest book with public and private messages and Joseph Kaizzi transformed the guest book concept into a full-fledged phone book, allowing users to email or phone contacts. Marc Charles Wanume and Eric Lwanga implemented a bilingual version of the guestbook, supporting English and Swahili interfaces. The audience selected two winners among nine finalists: an app that searches recent Twitter posts, per-user or anonymously; and a new microblog app where you can delete your posts. The winners received a new Android-powered Nexus One phone – and hopefully, the encouragement to develop many more exciting apps.



====


Hackathon en Ouganda

L’excitation était palpable. Pendant deux jours, plus de 650 jeunes étudiants en
informatique, développeurs professionnels et entrepreneurs du secteur informatique
ougandais se sont tassés, fort impatients, dans la salle de conférence du Speke Resort,
sur les splendides berges du Lac Victoria, au nord de la capitale Kampala. Ils étaient
venus participer aux journées développeurs G-Uganda. Après avoir écouté les
ingénieurs et responsables de Google décrire les produits Google, ils ont été mis au
défi de passer une après-midi à créer leur propre application.

G-Uganda est notre premier événement de cette envergure pour les développeurs en
Ouganda et il a vraiment révélé le potentiel du pays. Bien que moins de 10 % de la
population bénéficie d’un accès à Internet, ce chiffre a augmenté de 20 % par rapport
à 2009 et on estime qu’il doublera cette année. Mais surtout, comme dans le reste
de l’Afrique, l’interactivité mobile arrive en tête devant la connexion fixe ou le PC :
l’Ouganda, avec une population légèrement supérieure à 32 millions d’habitants,
compte déjà plus de neuf millions d’abonnés au téléphone portable.

Nous nous efforçons vraiment de rendre nos produits utiles aux Ougandais. Au cours
de ces deux dernières années, nous avons lancé une série de produits SMS, dont
health and agricultural tips. Ceux-ci leur permettent de poser une question et de
recevoir la réponse sur leur portable. Nous avons également lancé Google Trader, un
service offrant la possibilité aux commerçants d’échanger des informations avec leurs
portables. L’une de nos priorités est également la localisation d’Internet : nous avons
inauguré une recherche en five Ugandan languages et ajouté récemment le luo et le
runyakitara.

Les centaines de développeurs ougandais rassemblés ont fait preuve d’un
enthousiasme exceptionnel. Trois heures après avoir été mis au défi d’écrire un
code créatif en Python qui fonctionne sur Google App Engine, les finalistes de notre
hackathon G-Uganda étaient sur la scène pour présenter leurs créations. La plupart
des idées n’utilisaient pas seulement App Engine, mais intégraient également Google
Maps, Google Traduction et Google Agenda. Daniel Okalang a fait une démonstration
d’un livre d’or avec filtre de protection de la vie privée et authentification ; Samuel
Mugisha a créé un livre d’or avec messages publics et privés ; et Joseph Kaizzi
a transformé le concept de livre d’or en répertoire à part entière, permettant aux
utilisateurs d’accéder aux coordonnées téléphoniques ou électroniques. Marc Charles
Wanume et Eric Lwanga ont mis en œuvre une version bilingue du livre d’or,
prenant en charge des interfaces en swahili et en anglais. Le public a sélectionné
deux vainqueurs parmi les neuf finalistes : une application de recherche d’articles
récents sur Twitter par utilisateur ou de façon anonyme ; et une nouvelle application
de microblog vous permettant d’effacer vos articles. Les gagnants ont reçu le nouveau
téléphone Nexus One Android et, bien sûr, un encouragement à développer de
nombreuses autres applications nouvelles.